La balle perdue

Affairé à flouer vos repères terrestres sur une terrasse bondée, vous inspirez calmement les effluves de l’air marin, à un point tel qu’ils remplacent le sel de vos téquilas-citrons. En déplissant vos yeux encore gorgés d’eau, vous réalisez que la soirée arrive à son crépuscule: le barman grisonnant éponge le comptoir imbibé, le portier se dégonfle en soupirant et les couples s’attendrissent ou se disputent, animés par la même passion.

c

C’est alors qu’elle vous frappe de plein fouet : sans avertissement, la balle perdue traverse le mur du son et trimbale ses sandales romaines sur la piste de danse. Décochée à des milles à la ronde, elle vient altérer le cours normal des choses, ricochant sur chaque passant qui se dresse sur sa courbe. Percutante et sans dessein, elle oscille au rythme de la basse, ses cheveux épars voilant son regard assassin qui invite le vôtre en duel.

c

Après avoir littéralement éclaté votre bulle en clamant haut et fort un carton d’allumettes, vous lui dites « enchanté Ashley ». Elle grille une cigarette et vous demande qu’est-ce que vous foutez seul à croupir avec votre accent français dans un bar américain. Vous lui répondez qu’elle ne semble pas mieux accompagnée. Elle rétorque que cette réalité s’explique par le fait que le monde ne tourne pas assez vite pour la suivre. Vous lui confiez que votre cerveau roule à 200 sur l’accotement depuis que vos regards se sont croisés. Elle sourit et sollicite l’aubergiste derechef. Jack Daniel’s.

c

Vous lui expliquez que vous comptez expérimenter ce fameux rêve américain. Elle vous répond qu’il s’agit plutôt d’un cauchemar éveillé. Vous lui avouez qu’elle s’avère jusqu’à maintenant la seule personne de ce pays sous la barre des 200 livres. Elle vous confie qu’à l’image de sa patrie elle se fout éperdument de ce qui l’entoure, et dévie la conversation en méprisant les couples de la place par jalousie. Vous lui balancez « qu’aimer, c’est donner le pouvoir de vous détruire à quelqu’un et espérer qu’il ne l’utilise pas ». Elle vous ordonne de cesser de lire ces auteurs français cyniques et suicidaires. Vous lui dites de commencer à lire autre chose que le Marie Claire. Elle vous présente un doigt donneur, double. Vous souriez. Jack Daniel’s, double.

c

Elle avoue être pétrifiée par la crainte de vieillir avec elle-même. Vous confesser ne pas partager cette phobie puisque votre rythme de vie et vos gènes ne vous confèrent pas une espérance de vie enviable. Elle vous dit que c’est stupide de dormir seul dans un grand lit toute sa vie. Dès lors vous la couronnez reine de votre lit Queen. Elle vous traite d’obsédé sexuel. Vous la corrigez en spécifiant que vous êtes foncièrement un obsédé textuel. Jack…

c

Soudainement, vous ne parvenez plus à suivre le débit de la discussion, ni celui de la boisson. Vous perdez votre fluidité déjà légèrement altérée. Vos mains deviennent poisseuses. Votre vision se trouble. Un grand frisson vous parcourt l’échine et culmine en une insoutenable bouffée de chaleur. L’état de confusion vous mène ailleurs. Vous croulez à un point tel que vous remarquez une cheville maquillée d’un tatou qui serpente une échasse joliment musclée. Rideau noir.

c

Vous vous éveillez dans un état semi-comateux sous un ciel semi-nuageux. L’humidité de la nuit s’est affaissée puisqu’une fine rosée s’est déposée sur l’ensemble de votre corps allongé. En palpant vos poches, vous réalisez que plusieurs manquent à l’appel : cellulaire, portefeuille, passeport, carte d’hôtel. On vous a dénudé de votre identité. La pétasse fugace s’est évidemment aussi emparée de votre liasse de piasses.

c

La balle perdue a fait une nouvelle victime, portant ainsi un dur coup à votre égo démesuré. En reprenant vos sens laborieusement, vous réalisez le pire : dans votre confrontation, l’arnaqueuse a eu le dernier le mot. Dans votre poche de chemise gît un carton d’allumettes du Sunset’s Beach bar où est griffonné « The american dream is a nightmare. Remember? ».

c

— Échec-et-Math

c

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.