La fille de région

T’as viré ta première brosse à 13 ans au Festival de ton village, alors qu’un inconnu t’avait sorti un six pack de Boomerang que t’as finalement vomi dans le stationnement de l’aréna après avoir frenché ton kick.

 c

À 15 ans, tu rentrais dans les bars (ou plutôt, LE bar du motel ou du centre d’achat) avec les cartes d’une cousine qui te ressemble fuckall.

 c

Quand t’as commencé à sortir, tu ne savais pas trop comment t’habiller (Pentagone), te maquiller (l’équivalent d’un coup de gun à paintball dans face), danser (pieds inertes, mouvements saccadés des bras et de la tête) et te commander un verre (Apricot brandi sâouère). Maintenant, tu restes naturelle et tu n’as jamais autant rayonné.

 c

Tu sais conduire manuel parce que ton père te l’a appris dans les rangs avec son vieux pick-up décrisse.

 c

On retrace encore dans ta voiture de vieilles compilations bipolaires, où se succèdent Blink 182, Sean Paul et Francis Cabrel.

 c

Célibataire, quand tu dors seule, souvent tu portes un affreux t-shirt d’équipe sportive au nom astral (ex.: les Comètes, les Fusées, etc.) ayant appartenu à ton frère au secondaire.

 c

Enfin rendue à 18 ans, t’as été barmaid à ce même bar de motel ou de centre d’achat parce que tu fais partie des plus cutes du village et que le proprio opportuniste t’avait spotté à 15 ans.

 c

Quand tu sors, tu empiles ta sacoche et celles de tes “chums de fille” sur le plancher, pour ensuite les vénérer comme une relique en dansant autour.

 c

Si un gars t’offre un verre, des fois tu réponds “une 50”.

 c

On va se le dire, toi et les talons, ça marche pas fort [image mentale de Bambi qui vient de naître]. T’en as pas tant besoin pour être attirante, ton charisme reste ta meilleure arme de séduction massive. Voilà pourquoi plus souvent qu’autrement ils finissent dans le tas de sacoches.

 c

Tu n’as pas nécessairement voyagé beaucoup, mais quand tu t’évades dans le sud, tes amis Facebook ont droit à un diaporama complet, incluant les nuages en avion, ton premier drink exotique ou le classique des orteils dans le sable, sans oublier les poses compromettantes avec les locaux.

 c

Si t’es en couple, t’es une blonde cool. Tu donnes des bines, tu fais des jokes avec un sarcasme ou une vulgarité bien dosés et t’es ouverte au sexe dans la voiture (sauf pendant qu’elle roule).

Quand aujourd’hui tu redescends au Festival régional (c’est sacré!) et que tu présentes ton nouveau chum à tes amis gars d’enfance, il part déjà avec 3 prises (normal, il a hooké la seule belle fille du village).

 c

Tu profites de ton passage pour laisser ton auto au garage “Chez papa”, où les changements de pneus, d’huile et même parfois les nettoyages coûtent gratis.

 cc

Quand tu reviens d’un séjour dans ton village natal, ton entourage urbain rit de toi pour les deux semaines qui suivent parce que tes expressions naturelles sont revenues au galop dans ton vocabulaire.

 c

Pis finalement, après quelques mois de relation où tu commences à être à l’aise, sans avertissement, par un beau dimanche soir de cocooning en amoureux : tu ressors ton osti de t-shirt des Comètes!

 c

Fascinante fille de région, ne change surtout pas. Grâce à toi, la ville a une beauté sauvage.

c

—Échec-et-Math

c

One Response to “La fille de région”

  1. […] j’ai décidé de prendre mon bazou, mes spatules, mes CD bipolaires (comme le disait récemment un article d’Échec et Math) et ma soif de découvrir le monde pour reprendre ce blogue trop longtemps […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.